33 mars

C’était l’heure où les camions s’endorment

on partait comme des pauvres

sous l’aube à peine couvée.

La nuit roulait ses lourds pneus

ses vibrations caressaient

la route.

Tu n’étais pas là

dans l’habitacle noir

j’étais avec un homme

nouveau

comme un premier cri

une main

posée

sur une autre. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *