32 mars

Aujourd’hui est le jour où nous sommes partis. Nous avons pris la route le matin, après des adieux pudiques à ceux de la colonie. 

Ce voyage est le double d’un autre chemin, qui me met tant en colère. Il y a le voyage d’avant, avec toi, dont les brumes sont toujours obscurément sous la surface des choses du présent. Il y a le voyage que j’effectue avec ce grand garçon chevelu dont je ne sais pas grand-chose, si ce n’est que nous sommes solidaires l’un avec l’autre. Et il y a le chemin emprunté, la voie par où va le monde, vers des murs toujours plus hauts.

On fonçait vers des souffrances ignorées, un pas ferme vers ce qu’il fallait taire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *