46 avril

On marche et devant nous quelque chose surgit, ou passe, une traînée. Ca tombe, c’est blanc, ça fait une flaque blanche et lumineuse, floue, un peu épaisse, sur le trottoir sale. 

Du ciel retourné tombe un pavé de nuage, c’est la révolte du printemps.

Un dernier geste de la lumière. Il reste une trace blanche sur le bleu blanc voûté, comme avant, les avions.

Les gens disent qu’il y a beaucoup de signes étranges ces derniers jours, des dérèglements de la lumière, un peu comme l’ampoule qui va s’éteindre, clignote un peu avant. 

Demain le jour ne se lèvera pas. 

Ce qu’on a connu ne se reverra pas. 

Et pourtant : passe un corbillard dont le chauffeur fume la pipe. Les morts sont-ils incommodés ? 

Dans l’antépénultième circonstance, la question n’a pas beaucoup de sens. Et pourtant, elle vient.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *