42 avril

Le monde que nous connaissons a poussé les tables dans un coin, il est en train d’empiler les chaises en sifflotant, et va bientôt tirer le rideau métallique dans un bruit de cataclysme. La fin ressemble à quelque chose que nous ne connaissions pas, il nous faut inventer des images pour en parler. Mais les images ne sont pas la chose, elles sont des analogies sans contours bien nets. La fin est floue nous pique c’est trop tôt, nous ne pouvons dormir tranquilles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *